Quelles sont les habitudes qui peuvent vous rendre plus heureux ?

Publié le : 15 octobre 20208 mins de lecture

Surfant sur Internet, vous pouvez trouver des milliers d’articles, de sites et de vidéos qui dispensent les conseils les plus variés pour augmenter votre bien-être et être plus heureux. Il faut savoir qu’il ne s’agit pas toujours de conseils fondés sur une base scientifique. Dans les cas les plus extrêmes, c’est un conseil qui est en désaccord avec ce que nous savons du fonctionnement du cerveau et de notre esprit. Il existe 4 habitudes qui nourrissent notre raison et nous rendent plus heureux.

1- Lorsque vous vous sentez déprimé, demandez-vous « de quoi devrais-je être reconnaissant ? »

Notre raison ne veut pas toujours notre bonheur. Par exemple, lorsque nous nous sentons coupables ou honteux. Il est important d’accepter les émotions négatives. Mais pourquoi notre raison aime-t-elle produire de la honte et de la culpabilité ?

La honte, la culpabilité et la fierté (une émotion plus positive) activent les mêmes zones de récompense (cortex préfrontal dorso-médial, amygdale, insula et noyau accumbens). En d’autres termes, ressentir ces émotions c’est comme si le cerveau se récompensait lui-même.

En outre, nous nous inquiétons souvent trop. Les inquiétudes aident l’amygdale à se désactiver. Bien que cela puisse sembler contre-intuitif, en termes de cerveau, lorsque nous nous sentons anxieux, il est bien préférable de faire quelque chose (même s’inquiéter) que de ne rien faire.

La honte, la culpabilité et les soucis sont des solutions fonctionnelles à court terme, mais ils deviennent un problème lorsqu’ils deviennent des stratégies habituelles pour faire face aux problèmes.

En neurosciences, se demander « de quoi devrais-je être reconnaissant ? » peut être la solution.

La gratitude déclenche des réactions biologiques dans la tête. En particulier, être reconnaissant stimule les zones qui produisent de la dopamine. De plus, le fait de penser aux choses dont nous devrions être reconnaissants nous permet de nous concentrer sur les aspects positifs de la vie, ce qui stimule le cortex cingulaire antérieur à produire de la sérotonine. Pour dire les choses sans détour, la dopamine et la sérotonine sont les neurotransmetteurs stimulés par les antidépresseurs.

Cependant, il n’est pas important de le trouver, mais de le chercher. C’est la recherche de choses pour lesquelles être reconnaissant qui stimule le cerveau à produire de la dopamine et de la sérotonine. La gratitude n’affecte pas seulement la tête, mais aussi le niveau social, améliorant les relations et déclenchant un feedback positif.

Appréciez les petits moments de la vie. La psychologie positive est l’une des clés pour vivre heureux. Le bonheur n’est pas figé mais malléable. Il énumère ainsi quelques exercices journaliers qui développent les capacités naturelles au bonheur. Par exemple lister en fin de journée, les petites choses qui nous ont fait plaisir. Cela permet de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.

À lire en complément : Comment gérer votre capital d'énergie pour être heureux ?

2- Nommer les émotions

Vous vous sentez mal ? Donnez un nom à l’un des vôtres. Triste ? Anxieux ? Fâché ?

Dans une étude d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, les participants ont observé les visages de personnes exprimant une émotion. Comme prévu, leur amygdale a été activée en réponse à l’émotion observée, mais dès qu’on leur a demandé de nommer l’émotion, le cortex préfrontal ventrolatéral a commencé à s’activer, réduisant l’activité de l’amygdale. En d’autres termes, être conscient de l’émotion éveillée a réduit son impact. La suppression des émotions n’est pas une stratégie fonctionnelle, elle est contre-productive.

Des études neuroscientifiques inversées ont montré qu’essayer de supprimer ses émotions conduit inévitablement à un échec de la stratégie. C’est l’étiquetage de l’émotion qui fait la différence.

Pour réduire l’activation émotionnelle, il est important d’utiliser le moins de mots possible (mieux vaut un ou deux) et peut-être d’utiliser un langage figuratif. Cela va activer le cortex préfrontal qui, à son tour, va réduire l’activation du système limbique. C’est pourquoi la méditation est si efficace. Nommer les émotions est en fait l’une des activités proposées dans la prise de conscience.

Dans le même thème : Comment améliorer la qualité de vie des personnes âgées ?

3-  Prendre une décision

Avez-vous déjà éprouvé ce sentiment de repos après avoir finalement pris une décision ? Les neurosciences ont montré que la prise de décisions réduit l’anxiété et l’inquiétude, tout en aidant à résoudre les problèmes.

Prendre des décisions implique de créer des intentions et de fixer des objectifs, toutes activités qui activent le cortex préfrontal et réduisent l’anxiété. De plus, ces activités ont un effet sur le striatum, une zone du cerveau impliquée dans les activités habituelles. Prendre des décisions change la perception du monde en trouvant des solutions à ses problèmes et en réduisant l’activité du système limbique.

Bien que souvent prendre une décision puisse être difficile, le critère général est de prendre une bonne décision. C’est la meilleure solution, et nous savons à quel point un perfectionnisme excessif peut accroître le stress.

Essayer d’être parfait non seulement nous submerge d’émotions en augmentant l’activité du ventromédial du cortex préfrontal, mais nous donne aussi l’impression de ne pas avoir le contrôle.

Au contraire, prendre une décision qui nous convient active le cortex préfrontal dorsolatéral, ce qui nous donne un plus grand sentiment de contrôle sur nous-mêmes et sur la situation.

Prendre une décision nous donne le sentiment d’être en contrôle, et ce sentiment réduit le stress. Mais il y a un autre aspect : la prise de décision stimule également les centres de plaisir. Cela se fait en augmentant l’activité de renforcement de la dopamine.

En prenant une décision sur un certain objectif, et en l’atteignant, vous vous sentirez beaucoup mieux que lorsque les choses se sont passées par accident.

Soyez reconnaissant, nommez les émotions négatives et prenez des décisions. Ce sont des activités plutôt solitaires, comme vous pouvez le voir.

4- Cherchez le contact physique

Notre objectif est de nous sentir acceptés et aimés par les autres, sinon cela devient douloureux.

Une étude a montré que les situations dans lesquelles nous nous sentons exclus des autres font réagir notre cerveau comme si nous éprouvions une douleur physique. En effet, l’exclusion sociale active le cortex cingulaire antérieur et l’insula, des zones typiquement stimulées par la douleur.

Les relations sont très importantes pour notre bien-être. Le fait de toucher les gens stimule la libération d’ocytocine. Il s’agit de petites touches comme prendre une main ou tapoter l’épaule. Plus nous sommes intimes, plus nous pouvons utiliser le contact physique.

Les effets du contact physique sont encore trop sous-estimés, pourtant c’est un aspect important. Dans une étude, il a été constaté que le contact physique fonctionne comme un antidouleur. Chez les couples mariés, son effet augmente au fur et à mesure que le lien émotionnel se renforce.

De la même manière, l’étreinte a pour effet de stimuler l’ocytocine, une hormone qui réduit l’activité de l’amygdale.

Il en va de même pour le massage. Des études montrent que le massage augmente la sérotonine de 30%, réduit les hormones du stress et augmente les niveaux de dopamine. De plus, le massage réduit la douleur, car le système d’ocytocine active les endorphines. Il améliore également le sommeil et réduit le sentiment de fatigue.

Plan du site