Traumatisme de l’enfance, dépression de l’adulte

Publié le : 15 octobre 202010 mins de lecture

Aucune période de la vie n’est plus intense, plus merveilleuse et en même temps plus vulnérable que notre enfance. Les premières expériences faites à cette époque marqueront pour toujours non seulement le chemin que prendra notre vie, mais aussi la vision que nous en aurons nous-mêmes. Le lien que nous établissons avec nos proches, en particulier avec les parents qui nous guident, nous soignent et nous protègent, deviendra le pilier de notre développement, pour grandir en toute sécurité et indépendance. Mais si quelque chose tourne mal, si le traumatisme de la violence, du malheur ou de la fatalité fait son apparition dans nos vies et nous fait nous réveiller plus tôt que prévu de notre rêve d’enfant, cette blessure restera là pour toujours. C’est un fait, une réalité. Même si nous sommes encore des enfants, et donc des personnes qui ne sont pas encore capables de se défendre ou de comprendre pourquoi le mal ou la tragédie existent, nous devrons digérer cette situation, avec toutes ses difficultés et sa gravité. Les psychiatres appellent cet état stress prématuré : il s’agit d’événements causés par des traumatismes physiques ou émotionnels qui modifient profondément notre processus de développement et de maturation. Cette blessure restera dans notre cerveau, ce pic élevé de stress et de souffrance laissera une trace à l’intérieur de nous et, lorsque nous atteindrons l’âge adulte, nous aurons un risque plus élevé de développer une forme de dépression.

Le manque d’affection dans l’enfance : une des principales causes de la dépression

Parfois, vous n’avez même pas besoin d’aller dans des situations extrêmes telles que la maltraitance ou l’abus d’enfants. Très souvent, pour arriver à l’âge adulte avec de nombreuses lacunes et insuffisances, il faut simplement que les enfants grandissent sans liens familiaux ou avec des parents qui ne savaient pas ou ne voulaient pas former un lien affectif avec eux. Une enfance saine, heureuse et complète permet à l’enfant de grandir dans la conscience d’être aimé, conscient que chaque pas, décision ou erreur sera toujours accompagné du soutien unique et inconditionnel de sa famille. Le développement de son estime de soi ira de pair avec l’affection de ses proches. L’idée que l’enfant se fera de lui-même sera également positive, car elle est le reflet de ce qu’il a trouvé sur son chemin jusqu’à ce moment. Cependant, si sur cette route il ne rencontre que du vide, du mépris et des reproches, l’enfant grandira non seulement avec une forte insécurité, mais il couvrira aussi un certain ressentiment et même de la méfiance. Et comment le lui reprocher ? Les personnes qui auraient dû lui offrir un soutien et un amour inconditionnel ne lui ont donné que froideur et dureté, ce qui lui rendra difficile l’établissement de relations saines avec les autres. Il continuera à être méfiant et craintif pendant longtemps encore.

Surmonter une enfance difficile

Les psychiatres parlent de vulnérabilité biologique pour désigner toutes ces expériences traumatisantes ou négatives du passé qui sont restées enfouies dans notre expérience, même au niveau cérébral. Des niveaux de stress élevés façonnent et modifient bon nombre de nos structures les plus profondes, ce qui nous rend plus fragiles. Les personnes qui sont plus susceptibles de souffrir de dépression à l’âge adulte. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Que tous ceux qui ont subi des traumatismes dans leur enfance devront devenir des adultes dépressifs ? La réponse est non. Nous traitons chacun de notre passé traumatique d’une manière différente. Pour certaines personnes, ces événements peuvent même se transformer en une poussée à lutter jour après jour pour surmonter le traumatisme. Ils pourraient être des enseignements pour assimiler, accepter et gérer le fait que la vie leur donnera de nouvelles chances d’être heureux. Pour d’autres personnes, cependant, cette prédisposition biologique et émotionnelle continuera à peser lourdement. Ce ne sera pas seulement un souvenir persistant, mais cela pourrait aussi affecter la façon dont ils se rapportent au monde. Ils peuvent devenir des personnes qui ont perdu toute foi non seulement en ceux qui les entourent, mais aussi en eux-mêmes. Ils ont du mal à maintenir des amitiés et même à former des liens affectifs. Ils demandent de l’affection, mais ne peuvent l’accepter car ils continuent à avoir peur d’être trahis et blessés. Ce sont des profils émotionnels qui peuvent cacher certaines formes d’anxiété chronique, d’hypersensibilité et de vulnérabilité émotionnelle contre lesquelles il faut lutter au quotidien. Dans ces cas, le bonheur a un prix très élevé. Mais comment faire face à cette situation, alors ? Bien sûr, avec des efforts, de la bonne volonté et un soutien social approprié. Compte tenu de tout cela, nous ne pouvons manquer de comprendre combien il est important de continuer à défendre l’enfance. Ne considérez jamais un enfant comme un adulte miniature. Un enfant est une personne avide d’émotions positives, qui a besoin de vivre des expériences pleines d’affection inconditionnelle, de bonnes paroles et de liens sincères. Un enfant n’est pas un adulte, il ne peut pas comprendre pourquoi les autres adultes le traitent mal et ne peut même pas se défendre. Ce qui lui arrive pendant son enfance le marquera à jamais, ne l’oubliez pas. Prenez toujours soin des petits, et si c’est vous qui avez souffert à cause d’une enfance compliquée, rappelez-vous que le bonheur n’est interdit à personne et qu’il vaut la peine d’accepter ce qui vous est arrivé, de le surmonter et de vivre à nouveau.

Enfance et traumatisme

Les enfants ayant vécu une situation particulièrement traumatisante, telle qu’une guerre, un exode, le décès d’un parent ou une maladie grave, sont plus exposés à l’âge adulte à des problèmes de santé mentale que les autres enfants. Les enfants victimes de la guerre, d’un génocide, ou encore les enfants réfugiés sont privés de leur condition même d’enfant, pourtant nécessaire à leur bon développement. Ils subissent un stress post-traumatique, identique à celui vécu par les victimes d’attentats terroristes. Cette forme particulière de stress se manifeste par une tendance à revivre en permanence l’expérience traumatique, au travers d’hallucinations ou de cauchemars, et à éviter systématiquement tout ce qui peut rappeler le traumatisme. Face à de telles situations, les enfants sont à la fois les sujets les plus fragiles, mais aussi ceux qui ont la plus grande capacité à guérir. Le traumatisme psychologique chez l’enfant se manifeste à court ou moyen terme par différents troubles, tels que :

– Des troubles du sommeil : cauchemars, terreurs nocturnes et des hallucinations ;
– Des problèmes alimentaires : perte de poids, refus d’alimentation, dénutrition, anorexie ;
– Des troubles psychosomatiques : douleurs intestinales ou gastriques, vomissements, diarrhées, migraines, chute de cheveux, allergies ;
– Des troubles du langage jusqu’à l’adolescence ;
– Des problèmes de développement comme la perte de contrôle des sphincters, des difficultés d’apprentissage, des problèmes d’orientation dans l’espace et le temps ;
– Des désordres affectifs : tristesse, dépendance affective, agressivité pouvant aller jusqu’à la schizophrénie et des formes particulières d’autisme;
– Des troubles du comportementaux à l’adolescence (vols, alcoolisme, suicides, prostitution.

Comme les adultes, chaque enfant réagit différemment à un traumatisme donné, en fonction de son âge, de sa situation familiale, des circonstances et de la structure familiale. Les répercussions sont également variables selon le type de traumatisme en cause.

 Thérapie 

Parfois les effets à long terme des traumatismes de l’enfance sont simplement trop importants pour pouvoir y faire face seul. Dans ces cas, la médiation n’est pas toujours suffisante. Nous devons alors examiner les problèmes non résolus dans une relation thérapeutique, et obtenir un support dans le déballage du passé. Nous devons travailler en partenariat avec un thérapeute qualifié pour faire face à l’adversité à laquelle nous avons pu être confrontés des décennies auparavant, ces souvenirs négatifs se combinent alors avec l’expérience positive d’être entendu par quelqu’un qui nous accepte tel que nous sommes et une nouvelle opportunité de guérison apparaît. Une partie de la puissance de la thérapie réside dans le fait que nous nous autorisons, finalement, de construire un attachement à une personne sûre. L’acceptation inconditionnelle du thérapeute nous aide à modifier les circuits dans notre cerveau qui nous disent que nous ne pouvons faire confiance à personne, et développer de nouvelles connections neuronales plus saines. Cela peut aussi nous aider à guérir les dommages cellulaires sous-jacents du stress traumatique, jusqu’au niveau de l’ADN. Dans une étude, des patients qui ont entrepris une thérapie montrent des changements dans l’intégrité de leur génome, même plus d’un an après la fin de leurs séances régulières de thérapie.

Plan du site